Le skipper

Jean-Pierre Nicol : La mer et la Solitaire comme une évidence
Né le  28 décembre 1978 à Pointe-à-Pitre, Guadeloupe
En couple, sans enfants
« Je sens bien que j’ai un potentiel à optimiser ». A 34 ans, et alors qu’il s’apprête à participer à sa septième Solitaire du Figaro, Jean-Pierre Nicol ne fait pas mystère de ses ambitions : il veut franchir une marche et perfectionne sa préparation, aidé en cela par une solide expérience.
Tout commence en effet très tôt pour le natif de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, qui prend la mer à peine sorti de la maternité. Difficile, dès lors, d’échapper à une destinée de navigateur. D’autant qu’enfant, ses vacances ont toujours un goût d���eau salée. Et qu’adolescent, il prend réguli��rement la barre du voilier de ses grands-parents. Jean-Pierre aborde donc le milieu marin par le biais du voyage et de la croisière, pas de la régate pure. En parallèle, il pratique assidûment d’autres sports comme le tennis, le judo et l’équitation.
Mais son Bac et un Deug STAPS en poche, c’est bien vers la voile – en compétition – qu’il se tourne. Au début des années 2000, il fait ses armes en First Class 8 à la Trinité-sur-Mer, avec de beaux résultats à la clé. Il démontre et développe des qualit��s certaines de skipper et de chef d’équipe, qu’il confirme aussi sur le Tour de France à la Voile.
Avide de nouveaux challenges, le marin se tourne vers les navigations en solo. Le circuit Figaro et sa course reine, la Solitaire, lui paraissent alors une évidence. Il attaque sa première saison en 2007 avec beaucoup d’envie mais peu de moyens. Et découvre à ses dépens que le solitaire reste un exercice particulier. Jean-Pierre vit des moments difficiles mais s’accroche. Ambitieux, persévérant et désireux de se professionnaliser, il intègre le Centre d’Entrainement Méditerranée (CEM) de la Grande Motte – où il se prépare toujours. Dure décision pour le Breton qui s’éloigne des siens en vue d’une belle progression. Qui ne tarde pas à venir.
Bon camarade à terre, rapide sur l���eau, Jean-Pierre Nicol est capable du meilleur. En témoignent ces deux podiums d’étapes dans la Solitaire, en Irlande en 2010 et à Caen l’année suivante – où il obtient d’ailleurs son meilleur résultat au général : 15e. Il aspire désormais à davantage de régularité dans ses performances : « J’ai toutes les armes pour être capable de dépasser le stade des seuls coups d’éclat. Je veux mettre de la solidit�� dans tous les compartiments du jeu. Et ainsi espérer jouer une très belle place au classement général ».
Depuis 2009, Jean-Pierre Nicol navigue sous les couleurs de Bernard Controls. Un partenaire fiable et fidèle avec qui il partage par ailleurs des valeurs communes. « Le soutien n’est pas uniquement financier, mais aussi humain. Les gens de Bernard Controls ont de gros challenges économiques à relever, ils ont envie de progresser sur leur secteur. Quelque part, nous sommes un peu dans la même position, à frapper à la porte des meilleurs et à devoir travailler pour mettre tous les atouts de notre côté dans ce but». Avec son plateau particulièrement relevé, la Solitaire du Figaro 2013 sera justement une belle occasion de « frapper à la porte des meilleurs ». Sans rester sur le pas.

jp_nicol_solitaire_2010_banque_image_47